Electro  

PLAID (LIVE) + JOFF LOGARTZ
ON AIR Party 4

Toit-terrasse   Gratuit

WARP Records : 

Il était une fois…WARP, un label britannique indépendant qui allait faire découvrir quelques uns des artistes électroniques les plus novateurs et prometteurs.

Créé à Sheffield en 1989, le label WARP, que certains traduisent par Weird And Radical Projects, a produit notamment Nightmares on Wax, LFO, Aphex Twin, Autechre, Richie Hawtin, Alex Paterson, Plaid, Squarepusher…permettant de développer et de promouvoir l’influence de la musique électronique expérimentale, longtemps qualifié d’IDM (« Intelligent Dance Music »).

Au-delà des productions qui ont marqué durablement l’histoire des musiques électroniques, WARP a développé rapidement une identité visuelle reconnaissable et forte notamment par le biais des pochettes d’albums et des vidéo-clips de ses artistes, à l’instar des cultissimes « Come to Daddy » et « Windowlicker » d’Aphex Twin, réalisés par Chris Cunningham.

A ce jour, WARP est sans doute le label de musique électronique et expérimental le plus respecté au monde, parce que loin des compromis et des recettes de la « dance music », sa démarche a permis de faire découvrir des musiques qui s’adressent davantage à l’esprit.

C'est cette histoire et cet état d’esprit que nous souhaitons accueillir et faire partager le temps d'un week-end à Marseille, grâce à patten et Plaid, deux live exceptionnels qui sont pensés comme de véritables performances audiovisuelles.

Leur site


PLAID (WARP RECORDS) 

Après 25 ans de collaboration, Plaid – Andy Turner et Ed Handley – sortent leur dixième album, Reachy Prints. Le ti-tre, selon le duo, fait allusion « au processus créatif, à l’appropriation des idées et à la dévotion requise pour les recréer ». L’œuvre confirme leur position à l’avant-garde de la production de musique électronique underground. Plaid intègrent les dernières technologies de synthèse dans ces compositions, tout en gardant leur marque de fabrique émotive, mais gaie, cette signature présente tout au long de leur carrière.

Turner et Handley perpétuent leur tradition de collaborations, qui les a amenés à travailler avec une grande variété de musiciens – de Björk au London Sinfonietta en passant par les Southbank Gamelan Players – mais aussi d’artistes et d’innovateurs en technologie musicale. Ils ont récemment participé à la campagne Kickstarter de Bruno Zamborlin pour le produit Mogees: il permet de transformer n’importe quel objet en instrument de musique, à l’aide d’un simple appareil qui se connecte à votre smartphone. Le Mogees deviendra sûrement un élément de leur live show, alimentant leur intérêt pour les performances audiovisuelles live, bien vif depuis leur collaboration avec Bob Jaroc pour la sortie de leur album-DVD Greedy Baby en 2006.

L’artwork de Reachy Prints a été créé en collaboration avec l’artiste Eric Studer. A propos de l’artwork, il explique : « La photographie représente un reflet personnel après une expérience radicale. Deux éléments se complètent : l’image en rayons X de ma tête représente le moment où ma vie a été séparée en un ‘avant’ et un ‘après’. Ce qu’on voit à travers les rayons X présente une perspective de mon environnement familier – cela représente la continuité. La fusion des deux images signifie un nouveau point de départ dans la vie. Il sert de souvenir, puisqu’il m’est difficile de me rappeler l’incident. Dans son ensemble, l’image clarifie que le passé est irréversible. Et qu’une réponse à ‘pourquoi’ n’est plus pertinente. »

Musicalement, une grande partie du nouvel album ressemble à un voyage sous-terrain, avec les tunnels robotiques ‘Wallet’ et ‘Ropen’, l’allégresse caverneuse de ‘Hawkmoth’ et ‘OH’. Il fait surface avec l’éclatant ‘Matin Lunaire’ et les mélodies de ‘Liverpool Street’. Reachy Prints poursuit l’évolution du son longuement muri de Plaid et révèle quelques-unes de ces faces les mieux cachées, les plus complexes.

 

Joff Logartz (irm records)

Manager d’IRM Records, il tente de faire découvrir et promouvoir les nouveaux talents de la scène électronique aux côtés d’artistes confirmés.

« La musique n’est qu’une question de feeling et d’émotions », c’est dans cet état d’esprit que Joff Logartz crée IRM Records en 2009 afin de tenter de découvrir et promouvoir les nouveaux talents de la scène électronique aux côtés d’artistes confirmés.

Les soirées « IRM Music Therapy » réunissent régulièrement les artistes du label entre Paris et Marseille. L’objectif principal étant de permettre aux artistes de se rencontrer et de présenter au public des plateaux artistiques originaux.