Monophona + kid francescoli + bombay show pig + fakear + the gaslamp killer + acid arab
MARSATAC 2014

Achetez votre billet en ligne
Cabaret Aléatoire   38 € sur place

Du haut de sa 16ème édition, Marsatac souhaite, le temps de 3 nuits, recouvrir le ciel d'étoiles, autour d'une programmation toujours plus exigeante et variées. 

Site

 


Monophona 
Trip-folk sorcier (Electro Pop / Ambiant / Downtempo / Trip Hop) / 20h30-21h15

A ma droite Claudine, chanteuse-songwriteuse qui ne jure que par les cordes et le bois ambré d'une guitare folk. A ma gauche Chook, tombé dans le DJing à l'adolescence, amateur de putters que l'on pousse, de boutons que l'on tourne, de sons que l'on traficote... Monophona est né du mariage impossible entre ces deux Luxembourgeois, venus d'horizons contraires et pourtant complémentaires. En live, ils sont rejoints par un troisième larron à la batterie et aux percussions. L'ensemble - sorte de trip-folk sorcier - a la saveur délicieuse des extrêmes : électronique et intime, mélodique et inventif. Laurent Garnier adore. Le genre de fan en qui on peut avoir confiance, non ?

 

Kid francescoli 

Pop de grande classe (Pop/Electro-Folk) / 21h45-22H30

Au printemps dernier, « With Julia », le nouvel album de Kid Francescoli, a fait craquer toute la presse spécialisée. Normal, la pop de l'artiste marseillais est une pure merveille. Subtile, mélodique, rêveuse... En un mot, classieuse. L'arrivée, aux côtés du Kid, de Julia Minkin a fait franchir un nouveau palier à l'aventure. Muse et partenaire de scène, la New-Yorkaise apporte sa voix sucrée à des titres planants pour en faire de véritables odyssées. A l'image de « Blow Up », morceau hypnotique, porté par un clip fascinant.

 

Bombay show pig 

Grand écart indie rock (Indie Rock) / 23h-00h

Une batteuse et un guitariste, deux voix. Il n'en faut pas plus à l'ébouriffant duo de Bombay Show Pig pour créer une émulsion unique. Un rock indé, sexy et têtu qui tient autant de la pop psyché que du grunge revisité. « Vulture / Provider » (Believe), leur premier album paru l'année dernière, est un modèle de grand écart entre opiniâtreté rock à rebrousse poil et accalmies faussement sages ; guitares qui arrachent, cymbales qui décapent et plages électro-pop planantes. Chaque titre est une gourmandise pleine de chausse-trappes. Dedans, c'est tout en finesse. Mais gare ! Dehors, c'est du brutal...

 

Fakear

Trip sauvage (Abstract Hip Hop / Electro / Trip Hop) / 00h30-1h30

Ce jeune prodige caennais a réussi à résoudre une équation qui semblait impossible : trouver l'équilibre parfait entre beats synthétiques, samples exotiques et échappées chimériques. Les contrées qu'il visite, avec son électro nomade et enveloppante, sont celles des visions hédonistes et des fragrances pimentées. En une poignée de mois il a offert une demi-douzaine de EP dont le dernier, « Sauvage », est une épopée périlleuse et lointaine dont on ne revient qu'à regret. Fakear est un chaman qui orchestre des rites hypnotiques. Marsatac sera son temple vaudou. Et vous, mes agneaux, ses disciples consentants et éblouis !

 

The Gaslamp Killer     

Electronica pas sage (Hip-Hop/Electro) / 2h-3h

Crinière folle et regard halluciné, le producteur et DJ californien The Gaslamp Killer est le roi de l'électronica impolie, rebelle, vilaine. Donc tellement jubilatoire. Avec sa dégaine de hipster, on lui filerait le bon Dieu sans confession. Grave erreur ! L'homme est un fou furieux qui brasse psycho-rock sixties, beats hip hop poisseux, funk seventies, couleurs indo-américaines, électro aux reflets métalliques, dub sexy, humour au vitriol et cris de guerre... Ça trépide, ça beugle, ça part en vrille. Pas sage, non, pas sage du tout !

 

Acid Arab 

Transe Orient Express (Electro House Orientale) / 3h15-4h45

Deux DJs - Hervé Carvalho et Guido Minisky -, deux influences - house pour l'un, orientale pour l'autre -, un seul projet : Acid Arab. Fuyez les discours clichés sur le métissage musical et les filets d'eaux tièdes de la pseudo-néo-world-music convenue. Plongez dans la radicalité ! Celle des beats acerbes et sûrs de l'acid house ; celle de l'énergie séculaire des rythmes orientaux. Le premier album d'Acid Arab « Collections » (paru chez Versatile et paré d'invités classieux : I:Cube, Omar Souleyman revu par Crackboy...) n'a qu'un seul but : une transe générale, démente et indomptable !