CLUB   Electro  

DANTON EEPROM + JACK DE MARSEILLE + NILOC
CLUB CABARET x WICKED MUSIC - Jam The Box

Achetez votre billet en ligne
Cabaret Aléatoire   5€ en prévente (+ frais de loc.) & 8€ sur place

Ouverture des portes : 23H
Une proposition du Cabaret Aléatoire et de Wicked Music.

Event Facebook : https://www.facebook.com/events/883926801684953/


DANTON EEPROM (Fondation, Rekids, Infiné)

Son groupe lycéen Dust Art, aventure séminale de 7 ans, lui donne accès au Studio de la Rose Des Vents à Aix-en-Provence. Il y apprend à mixer en enregistrant leur album, qui ne verra jamais le jour. Qu’à cela ne tienne, le parc de synthés analogiques d’un studio où enregistrent Jean-Jacques Goldman et son guitariste Michael Jones devient son école buissonnière. Entre ses sessions diurnes d’assistant, il bidouille et apprivoise les machines toute la nuit, jusqu’à l’épuisement. On lui fait confiance, on lui donne les clés : il yfait en quelque sorte son compagnonnage. C’est là qu’il enregistrera son premier album "Yes Is More", loin de l’agitation de la ville. Puis vient Londres, sur un coup de tête, avec seulement un laptop et un synthé en poche. Dur dur de retrouver le même niveau d’exigence sans moyens. Heureusement, Andrew Weatherall l’adoube et joue l’entremetteur providentiel. Ça vous pose son homme ! Petit à petit, Danton réussit à reconstituer chez lui son studio idéal. Ce qui lui demande beaucoup de travail. Au point d’avouer que pendant l’enregistrement de cet album, il a failli arrêter la musique au moins une dizaine de fois. Heureusement, Londres l’inspire. La difficulté d’y faire sa place, la rugosité de son climat, mais aussi un respect de la vie privée et de la singularité incomparable le nourrissent. Le dandy insatiable y a autant trouvé son havre de paix qu’un puissant aiguillon créatif. "Never Tell" a la classe d’une apparition nocturne de Bryan Ferry en plein fog à la sortie d’un concert de Roxy Music à Hyde Park ! « Work hard, Party hard » disent les Anglais ! Danton ne demande que ça et laisse libre court à son perfectionnisme à outrance. If Looks Could Kill a demandé plus d’un an et demi de travail et jusqu’à 26 versions de certains morceaux pour atteindre l’excellence. Pour une fois il a pris son temps, poussé par le patron d’InFiné Alexandre Cazac, le directeur artistique que Danton attendait.

 

JACK DE MARSEILLE (wicked music)

Connu avant tout comme pionnier de la musique électronique, il a contribué, dès la fin des années 80, à l’émergence de la scène électronique française. Le succès de ses sets lui vaut d'être élu meilleur DJ français en 1998 par Coda, premier magazine consacré exclusivement aux musiques et cultures électroniques. L’année suivante, c’est Trax qui le classe numéro un.En écoutant ses sets aux influences multiples, reconnaissables entre tous, on comprend qu’il résiste à toute nomenclature. Son identité est marquée par l’énergie des rythmes et des couleurs qu’il juxtapose, mixe, fond et dynamite en réponse au Dancefloor, qu’il considère comme le cœur, la destination de sa musique.

 

NILOC (extend & play)

Passionné de breaks funky et de cuts sournois, Niloc fait tourner ses disques depuis quelques poignées d'années à Marseille, lorsqu'il ne revête pas ses capes de beatmaker ou de promoteur. Il se produit sous les couleurs du Métaphore Collectif, de Pandore, puis dernièrement d'Extend & Play, avant de conjuguer passion et futur en ouvrant un tout nouveau disquaire place Notre Dame Du Mont : Extend & Play Vinyl Store, spécialisé dans ce qu'il connait le mieux, la musique électronique.