Résidences d'artistes
Le Cabaret Aléatoire accompagne des artistes régionaux, nationaux ou même internationaux, dans leur phase de création scénique ou de pré-production.

Les résidences d’artistes internationaux :
Ces résidences, produites par le Cabaret Aléatoire, sont de longue durée, environ 15 jours, et nous demandons aux artistes de s’impliquer sur le territoire (rencontres avec des artistes locaux, projets radiophoniques, intervention sur des petits lieux de la Ville, concerts gouters...)
Ex : Puppetmastaz, Poni Hoax, Tommy Guerrero, Mike Ladd, La bande adhésive…
 
Les résidences de travail dans le cadre de logique d’accompagnement de la scène locale :
Ces résidences entrent dans des logiques de soutien et d’appui aux artistes émergents de la scène locale, dans ce contexte nous mettons à disposition de ces artistes la salle équipée et nos équipes techniques pour leur permettre sur des temps courts de travailler, le son, la lumière ou la scène.
Le plus souvent, ces résidences donnent lieu à des concerts de sortie de résidence, l’entrée est libre, pour que le public Marseillais puisse découvrir sur scène les artistes émergents de la Ville.
Ex : Andromakers, Watcha Clan, Husbands, Under Kontrol, Nasser, MC2, Comic Strip, La Méthode…


Martin Mey :

Artiste touché-à-tout, à l’inspiration folk et soul, agrémentée d’électronica ou de rock, Martin Mey écoute autant Radiohead que Nina Simone. Sa musique à lui pourrait se trouver à la coirées de la delicatessen élégante de Sebastien Schuller, des balades moody de Tom McRae et du rock viril des Black Keys ; mais plus que tout, lorsque l’on écoute sa musique, c’est sa voix qui nous marque. Une Voix singulière, Claire, aérienne, incarnée. 

Martin Mey + Tape Over :

Un musicien (Martin Mey) rencontre un Tape Artist (Tape Over). Ensemble ils font la création graphique de l’album de Martin Mey, ils réalisent un clip, un web doc et la scénographie / création vidéo du live de Martin Mey.
Ils témoigneront de leur projet commun, partageront leur expérience de la musique et du tape art lors de 3 mois de résidence de médiation au Cabaret Aléatoire, à La Friche Belle de Mai, et plus globalement dans le Quartier de La Belle de Mai.
Cette résidence de médiation est organisée en parallèle de la création du nouveau live de Martin Mey (septembre à décembre 2014) et de la sortie de son nouvel album Taking Off (novembre 2014, en collaboration avec le label Internexterne, le distributeur Differ-Ant et l’agence de presse Boogie Drugstore). La tournée nationale suivra cette résidence à partir de décembre 2014.
Outre l’ampleur du projet de médiation dans la résidence de Martin Mey au Cabaret Aléatoire, c’est aussi dans le croisement du street art et des musiques actuelles que ce projet trouve toute sa spécificité, dans le prolongement du travail initié par Martin Mey (lors de son 1er EP « Never Go Down ») d’une part, de la dimension pluridisciplinaire développée par le Cabaret Aléatoire (notamment dans le cadre de « This is Not Music ») d’autre part.

 
Saiko Nata :

Saïko Nata résume la rencontre entre la musique classique et la musique africaine. Originaire de Marseille, ville des métissages, Saïko Nata présente un spectacle où les cultures se croisent naturellement et se mélangent savoureusement. L’alchimie de ces sonorités s’illustre par la présence de danseurs de la Cité Phocéenne…

Saïko Nata, "vision nouvelle" en langue mandingue, est la réunion de plusieurs corps conducteurs  s'offrant à la scène comme messagers de l'altérité et de la différence, comme passeurs d'un Nouveau Monde où toutes les audaces artistiques sont possibles.
Le groupe a ainsi  trouvé naissance dans un monde rêvé dans lequel se mélangent et s'épousent les images, rythmes, mélodies et palabres de l'Afrique, de la musique classique, les brisures du Hip-Hop, les ondulations sonores et harmoniques du classicisme et de la modernit.

A travers sa musique, Saïko Nata raconte aussi l'Histoire et les histoires : histoires d'amour, d'exil, de guerre, histoires heurtées, violentes, tragiques mais aussi légères, aériennes, sensuelles et voluptueuses. 
C'est ainsi que Bizet devient, le temps d'un morceau, le compositeur de l'âme errante d'une Carmen africaine, que Chopin renaît au rythme ondulatoire de la kora, que Prokofiev se nourrit des corps possédés par les rythmes mandingues, que Brahms s'épanouit sous la voix du griot...
Dans ce Nouveau Monde, Saïko Nata s'impose comme la rencontre d'univers musicaux que tout à l'air d'éloigner et qui pourtant se combinent dans une alchimie des contraires, dans un dialogue incessant entre les continents et les époques.
Saïko Nata n'est donc pas qu'une simple addition, c'est une fusion des éléments,  un enlacement des formes, des sons et des mouvements, une alliance pour une nouvelle musique.

 

Fred Cousin : 

Fred Cousin fut bercé tout jeune aux rythmes de la rumba – écoutés par une mère gabonaise – et des synthétiseurs électroniques (la musique paternelle). Il cogne en rythme sur tout ce qu’il trouve.

Le passage comme percussionniste au sein du groupe reggae Dai Pivo scelle le pacte : avec eux il apprend les bases du son né en Jamaique et découvre l’univers des tournées. Réputé pour ses prestations scéniques déchaînées, le groupe lui apporte l’expérience de la vie au sein d’un collectif musical. Continuant sur cette lancée, il investit le projet culturel Kabba Roots et participe à la création de liens forts entre Kingston et Aubagne.
Attiré par toutes les musiques noires, c’est dans une formation de gospel parisienne, qu’il discipline son organe vocal. Cela aboutira à un premier album sorti en 2010, Cool and Calm réalisé en collaboration avec le musicien et compositeur Stéphane Cavin.
Fred insuffle de l’air frais à ses bases, puisant avec délices dans tout le répertoire des musiques noires, de la soul au reggae en passant par le jazz ou l’afrobeat. C’est ainsi qu’il livre un deuxième opus intimiste et éclectique.

Nouvelle Création : Crossing Reality

Soucieux d’authenticité, Fred Cousin fait tourner ses rimes et ses mots pour atteindre les coeurs. Mettant en pratique toutes les variations et les bases du reggae, intégrées depuis les années 90, il livre un projet qui s’épanouit sous la forme de titres aux multiples facettes. Avec le reggae en toile de fond, comme l’essence d’un son qui puise aux racines des musiques noires. Les pistes convoquent les papes de la soul comme Curtis Mayfield, voyagent dans le rythme n’blues et le jazz ou s’essaient avec bonheur à une reprise du culte Summertime. Fred Cousin ne se contente pas de mélanger ces illustres influences, il possède aussi ce plus qui donne envie de se laisser bercer.
La voix chaude fait des incursions en français ou bien en anglais, la langue de l’intime, des émotions. Qu’il évoque son envie de s’exprimer et de toucher son public ou la morsure douloureuse de la fin d’une histoire d’amour, cet opus s’écoute dans la joie de rentrer dans un univers pluriel. L’esthétique véhiculée tend décidément vers l’intime ; à partager sans modération..

Olivier Lubeck : Le laboratoire d’image Super8 

Réalisateur et bidouilleur hors pair, Olivier Lubeck, remet au goût du jour le charme du super 8. Depuis Mars 2011, ce laboratoire d’images se matérialise au Cabaret Aléatoire par l’installation permanente de 8 projecteurs Super 8 et de 8 écrans dont les thématiques varient en fonctions des événements.Olivier Lubeck

Oliver Lubeck