ON AIR 1 / INFINÉ

LE CABARET ALÉATOIRE INVITe 

Il était une fois…Infiné, un label français qui allait s’imposer avec brio, en quelques années, dans la cour des grands labels de musiques électroniques. Comment ? En pensant la production artistique sous un angle simple mais novateur : 

A la base, trois comparses impliqués dans la musique qui, ensemble, décident de se lancer dans la production discographique après avoir écouté un récital de Francesco Tristano, qui au-delà de l’interprétation iconoclaste d’œuvres de Bach ou Dusapin, réinterprétait « strings of life », un classique techno de Derrick May ou « The Bells », morceau culte du wizard de la techno, Jeff Mills. Tristano sera alors le premier artiste signé sur le label.
De cette rencontre musicale est né Infiné, un label indéfinissable car transgenre, qui aura pour philosophie de signer des productions et des artistes « coup de cœur »,  loin des courants mainstream de la musique électronique. Le label prendra pour devise « easy music for the hard to please » qui symbolise bien son exigence artistique et sa prise de risque.

De fait, Infiné fait plus que sortir des disques, il possède un univers musical, affectif et visuel qui lui confère déjà une véritable reconnaissance internationale. 

Le Label

Pour débuter les soirées On Air, le Cabaret Aléatoire a mis les petits plats dans les grands pour ce premier week-end en invitant le célèbre Label Infiné à faire vibrer le toit-terrasse de la Friche la Belle de Mai. 

Programmation du week-end : 

Vendredi 4 juillet : DOWNLINERS SEKT en live (Infiné) + Zirio ( Ziris Records)
Samedi 5 juillet : CUBENX (Infiné) + Fainst (Ziris Records) 

DOWLINERS SEKT :

Invité prestigieux sur les trois festivals Sonar 2014 (Barcelone, Reykjavik, Stockolm), ce duo fut l'un des meilleurs live et l'une des plus belles surprises d'une scène électronique de plus en plus prisée. 

Lors de ce premier week-end ils auront sus faire parler d'eux en faisant vibrer le public du toit-terrasse. 

CUBENX  :

Sous sa cape de producteur de techno, on lui doit une poignée de maxis qui ont piégé les dancefloors dans un sound-design luxuriant. Ses sons se mélangent entre techno berlinoise et ballade électronique aux accents dub. 

Retour sur ce premier week-end en images : 

Album photos Vendredi 4 juillet 

Album photos Samedi 5 juillet